Manger mieux pour soi et pour la Planète

Manger des produits plus respectueux de l'environnement, meilleurs pour la santé et sans dépenser plus

De la production des aliments jusqu’à leur consommation, notre modèle alimentaire contribue aussi au réchauffement de la planète.  Nous pouvons tous agir à notre niveau pour préserver l'environnement. Modifier peu à peu nos habitudes d’achat alimentaire, consommer autrement, constituent un premier pas vers une alimentation durable.

 

Les impacts de notre alimentation sur l'environnement

Le quart des émissions de gaz à effet de serre en France provient de nos assiettes, c’est autant que le transport ou le logement ! Les impacts environnementaux se retrouvent à chaque étape de la chaîne alimentaire : production agricole, transformation industrielle, transport, stockage, et distribution puis consommation (déplacement pour achat en magasin, réfrigération...). Notre modèle alimentaire contribue ainsi au réchauffement de la planète, sans compter un gaspillage considérable du champ à l'assiette.

Le saviez-vous ?

En incluant toutes les pertes, un Français gaspille environ 85 kilogrammes d’aliments par an, un niveau plus élevé que la moyenne mondiale (74 kg)*

Données issues du Rapport 2021 du Programme des Nations Unies pour l'Environnement sur l’indice du gaspillage alimentaire

Choisir un panier durable sans dépenser plus

Dans une étude commanditée par le WWF, des chercheurs ont comparé le panier alimentaire moyen d’une famille de quatre personnes avec un panier plus durable et sont arrivés à la conclusion qu’un panier qui permet de diminuer de 38% l’empreinte carbone alimentaire ne coûte pas forcément plus cher qu’un panier classique. 

Faire évoluer ses habitudes à la maison

83% des français se déclarent prêts à changer leurs pratiques alimentaires pour réduire leur impact environnemental(1). En dehors des produits bio, le local et les circuits courts sont aussi de plus en plus plébiscités. De nouveaux choix de consommation conduisent donc à revoir la composition des menus à la maison... Mais comment faire ?
Concrètement, un panier "durable" par rapport à un panier standard français implique une alimentation faisant moins la part belle aux viandes, poissons, sodas, produits transformés, par exemple au bénéfice de plus de légumes, céréales et légumineuses, ce qui permettrait une économie d'environ 20% sur un panier moyen de 4 personnes et une réduction de près de 38% de son impact carbone.

Un Eco-score pour nous aider

Comment calculer l'empreinte carbone de ce que nous mangeons ? L'Eco-score est un score écologique noté de A à E lancé en janvier 2021, issu de la base Agribalyse créée il y a 10 ans par l’ADEME ( l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), qui évalue les impacts environnementaux des produits alimentaires. C'est un outil très pratique pour faire ses courses en magasin, 400 000 produits alimentaires sont aujourd'hui évalués.
Où trouver les produits éco-scorés ? 
L'éco-score n'est pas présent sur les emballages, mais sur des outils numériques :
- le site et l’application Open Food Facts. 
- l'appli Yuka (qui utilise aussi la base de donnée Open Food Facts)
- l'appli ScanUp
Il suffit simplement de scanner le code-barre du produit.

(1) Etude Elabe pour Veolia et La Tribune, février 2021

 

 

Alimentation du futur : quels aliments dans nos assiettes ?

La recherche de nouveaux aliments a pour objectif une alimentation moins polluante, nutritive et qui ne menace pas nos ecosystèmes.


 

 

 

Les steaks végétaliens

Le steak végétalien naît de l’exigence de trouver un substitut végétalien mais qui a l’aspect et la saveur de la viande. Les protéines végétales sont intéressantes car elles ont un faible impact sur l'environnement : moins de production de gaz à effet de serre, moins d'eau et de territoire que les protéines animales.

Des poissons herbivores

La pisciculture, un des remèdes à l'épuisement des océans ? Des espèces herbivores, comme la carpe ou le tilapia, sont plébiscitées pour ce type d'élevages, face au saumon par exemple, carnivore, qui participe à l’effondrement des stocks de poissons sauvages. 

Les algues

Cultivées ou récoltées à l’état sauvage, les algues sont riches en protéines, en iode, en calcium, en oligo-éléments, en sels minéraux et en vitamines. Elles constituent ainsi une source d’alimentation très importante(3). Déjà utilisées dans la cuisine asiatique, avec une vingtaine de variétés comestibles, les algues devraient bientôt être commercialisées sous de nouvelles formes, comme en chips, et se retrouver plus souvent dans nos assiettes. 


(2) Pour en savoir plus : " Les algues ; un aliment écologique"

Protégeons nos ressources...

Se nourrir de façon "durable"

Des fruits et légumes de saison

privilégier les produits locaux ou biologiques

Une consommation de viande repensée

choisir une viande de qualité et suivre les recommandations de l'ANSES*

 

Moins d'emballages 

acheter en vrac ou utiliser des emballages réutilisables

*L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail recommande 75g de viande par jour pour un adultte (hors volaille)